Bordure

Mission

La mission de la Fondation des maladies mentales se décline en 3 volets : promouvoir la santé mentale, sensibiliser la population à l’importance de prévenir les maladies mentales et contribuer à la réduction de la souffrance des personnes touchées.
 

Bien qu’aujourd’hui les gens connaissent et reconnaissent de plus en plus les symptômes et les conséquences des maladies mentales, ils ne savent toutefois pas comment agir face à la maladie ni comment soutenir la personne atteinte. Les campagnes d'information, de prévention et de sensibilisation ont grandement contribué à cette connaissance de la maladie mentale au sein de la population. Malgré cela, les tabous à l’endroit de la maladie et les préjugés envers les personnes atteintes sont encore bien présents. Qu'un nombre croissant de personnes parlent ouvertement et publiquement de leur maladie mentale ou de celle d'un proche s'avère, selon la Fondation, la forme de communication la plus efficace quand vient le temps de dédramatiser, sans le banaliser, un des tabous les plus persistants de l’époque actuelle.

La Fondation tente de joindre les gens « là où ils sont », car elle est convaincue qu'il s'agit de la meilleure façon de tisser un filet de sécurité pour les personnes atteintes de maladies mentales et pour leur entourage.

 

Haut de page

Objectifs

La Fondation des maladies mentales a trois objectifs principaux : informer le public par le biais de programmes de sensibilisation aux maladies mentales, réduire la souffrance des personnes atteintes et mobiliser ces dernières et la société qui les entoure pour lutter contre les conséquences des maladies mentales.


Informer le public et réduire la souffrance par le biais de programme de sensibilisation aux maladies mentales

La Fondation poursuit son objectif de prévention des maladies mentales au moyen notamment de son programme Solidaires pour la vie. La Fondation croit qu’une meilleure connaissance des maladies mentales peut contribuer à un dépistage précoce afin d’en diminuer les souffrances humaines ainsi que les coûts sociaux et économiques qui en résultent.


Mobiliser

La Fondation des maladies mentales souhaite avant tout dispenser l’information sur les maladies mentales de façon à déjouer les tabous en les présentant directement et sans artifices, afin d’encourager les personnes atteintes à en parler, mais aussi afin que le public sache qu’une fois diagnostiquées, ces maladies se traitent. La connaissance permet de choisir, l’ignorance ne le permet pas. La notion de choix sous-tend aussi pour la Fondation le souci de responsabiliser les individus dans leur démarche. En effet, la connaissance implique aussi une action quand celle-ci est nécessaire.

La maladie mentale n’a pas que des conséquences sur la personne qui en est atteinte. Elle entraîne également des répercussions aux plans économique et social, ce qui en fait également un problème de société. C’est pourquoi la Fondation informe et sensibilise le public et les médias afin de démystifier cette maladie et d’offrir des pistes de solution. Elle soutient également la recherche dans l’espoir qu’une meilleure compréhension des maladies mentales contribuera à de meilleurs traitements pour les personnes atteintes.

Afin de bien informer la population sur les maladies mentales et de faire tomber les tabous, malheureusement encore trop nombreux, la Fondation a mis sur pied de nombreux outils d’information : conférences publiques, dépliants sur les diverses maladies mentales, bulletins d’information, etc. Ces outils sont disponibles à partir du site Internet ou en format papier, moyennant des coûts minimes.

La Fondation participe également chaque année à de nombreux congrès et colloques en santé mentale afin de partager son expertise dans le domaine de la prévention et du dépistage des maladies mentales.

La Fondation a par ailleurs orchestré de grandes campagnes de sensibilisation sur la maladie mentale visant à mieux faire comprendre ce que vivent les personnes atteintes et à modifier les perceptions à l’égard de ces personnes et de leurs proches.

 

Haut de page

Logo et signature

Le logo de la Fondation des maladies mentales, une huître dévoilant une perle, symbolise la personne atteinte d’une maladie mentale qui s'ouvre afin de révéler sa beauté intérieure. La Fondation a choisi ce symbole afin de souligner l’importance pour la personne atteinte de sortir de son isolement pour diminuer la souffrance reliée à sa maladie. Ainsi, telle une perle, c’est en ouvrant sa coquille qu’on peut se libérer de ses tourments. C’est aussi le premier pas vers l’acceptation, le traitement et le rétablissement.

Avec sa signature, « S'ouvrir, c'est déjà s'aider », la Fondation des maladies mentales a voulu démontrer aux personnes atteintes l’importance de parler de leur maladie afin de briser leur isolement et de trouver l’aide dont elles ont besoin. Ce message vise également à encourager l’entourage d’un individu atteint à faire preuve d’ouverture d’esprit envers lui et envers sa maladie afin de mieux le comprendre. 

 

Haut de page

Réalisations

L’une des réalisations les plus marquantes de la Fondation des maladies mentales est le Centre de recherche Fernand-Seguin, qui est aujourd’hui une organisation autonome comptant une cinquantaine de chercheurs réguliers, une trentaine de chercheurs associés et plus de 280 stagiaires provenant de différentes disciplines. On s'y consacre au développement des connaissances et à la mise au point de traitements pour différentes maladies mentales. 

Aujourd’hui, la Fondation concentre ses fonds de recherche à des études en lien avec ses programmes. Elle a également octroyé des bourses d'études à de jeunes universitaires telle que la bourse remise à l'étudiant ayant terminé premier au concours du Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ), sans compter les bourses de perfectionnement postdoctorales accordées à d'éminents chercheurs, tels que Dre Odette Bernazzani du Centre hospitalier Maisonneuve-Rosemont afin de poursuivre des études postdoctorales sur la dépression chez la femme.

Ces études permettent à la Fondation de mieux comprendre la problématique des maladies mentales, d’établir des priorités dans son action et d’offrir des services répondant le mieux aux besoins identifiés. 

Bordure