Bordure

La santé mentale des jeunes sous la loupe

Retour

28 jui 2014

La santé mentale des jeunes sous la loupe

La maladie mentale touche surtout les jeunes. C'est pourquoi l'Institut Douglas de Montréal pilotera une recherche pancanadienne sur la santé mentale des jeunes de 12 à 25 ans.

L'objectif de cette recherche vise clairement la transformation et l'amélioration des soins en santé mentale des jeunes. L'initiative, à laquelle sont consacrés 25 millions de dollars, est financée à la fois par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Fondation Graham Boeckh. 

Environ 75 % des maladies mentales ou des problèmes de santé mentale se manifestent avant l'âge de 25 ans. Et dans la moitié des cas, ces problèmes surviennent entre 11 et 25 ans. Malheureusement, c'est cette catégorie d'âge qui a le moins accès aux soins, ceux-ci étant plus facilement accessibles aux jeunes enfants ou aux adultes plus âgés.

Il est impératif de trouver rapidement une façon d'améliorer les soins, selon le président des Instituts de recherche en santé du Canada, le Dr Alain Beaudet. « La recherche en général provient de l'idée d'un chercheur qui poursuit son idée. Et le problème qu'on a, c'est que ça ne se traduit pas en amélioration des soins. »

Adapter les soins aux besoins des jeunes

C'est donc à cette lacune que veut s'attaquer cette nouvelle recherche pancanadienne appelée le projet ACCESS. On s'assurera entre autres que les solutions prometteuses utilisées dans certaines provinces soient partagées. On veut aussi faire participer des jeunes atteints de maladie mentale et leur famille à l'élaboration de sujets de recherche qui correspondent à leurs besoins.

Mary Anne Levasseur est la mère d'un jeune qui a souffert de maladie mentale. Elle est aussi coordonnatrice de l'entraide pour la famille à l'Institut Douglas. « La famille doit être informée aussi, doit être éduquée des maladies, doit être capable de supporter son jeune comme il faut et aussi la famille devrait être supportée elle-même. »

C'est le Dr Ashok Malla de l'Institut Douglas, directeur d'une chaire de recherche du Canada en psychose précoce, qui dirigera cette étude qui sera menée pendant une période de cinq ans.

La dépression est la principale cause de maladie et de handicap chez les garçons et les filles âgés de 10 à 19 ans, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé publié en mai. Le suicide est la troisième cause de décès chez cette tranche d'âge à l'échelle mondiale, après les accidents de la route et le VIH/sida.
 
Source : ici.radio-canada.ca 
Retour
Bordure